située à Morestel (38510)

Accueil > Dossiers > VACCINATION > Vrai-faux sur la vaccination

Nos coordonnées

Pharmacie Rullier

67, Grande Rue
38510 MORESTEL

Tél. 04 74 80 02 33
Fax. 04 74 80 07 89

Horaires
d’ouvertures

Semaine en cours

fermé lundi

mardi, mercredi, jeudi et vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

samedi :
8h30 - 12H15

Semaine prochaine

Lundi :
9h00-12H15
14H00-19h15

Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

Samedi :
8h30-12h15
14H00-19H00

Vrai-faux sur la vaccination

"Trop vacciner affaiblit l’organisme".

FAUX

Les vaccins ne diminuent pas la protection naturelle, mais permettent à nos défenses de prendre de l’avance pour lutter efficacement contre bactéries et virus. Les agents infectieux introduits par les vaccins ne représentent qu’une infime proportion de ceux contre lesquels le système immunitaire nous défend chaque jour puisqu’il est capable de produire plusieurs millions d’anticorps différents à autant d’antigènes. De plus, même si ausjourd’hui les enfants reçoivent davantage de vaccins, la quantité d’antigènes présents dans les vaccins est plus faible qu’auparavant : 125 pour 10 ou 11 vaccinations contre plus de 3000 pour 4 vaccins dans les années soixante.

"Mieux vaut favoriser les défenses naturelles de l’enfant".

FAUX

On pourrait défendre ce raisonnement face à des maladies bénignes, pas face aux maladies graves, lourdes de conséquences et potentiellement mortelles visées dans le calendrier vaccinal. Les vaccins stimulent l’immunité de la même façon que les maladies. Cela dit, les maladies procurent souvent une immunité plus solide, d’où la nécessité de faire des rappels pour certains vaccins.

"Vacciner à l’âge de 2 mois, c’est dangereux".

FAUX

A la naissance, l’enfant est propotégé par les anticorps que sa mère lui a transmis, mais il perd vite cette protection, et son système immunitaire va mettre plusieurs années avant de devenir pleinement efficace. Or le bébé risque de contracter très tôt des maladies comme la coqueluche et les infections à Haemophilus influenzae b ou à pneumocoque, très graves, voire mortelles à cet âge. Il faut donc l’aider au plus vite, moyennant des réactions minimes, à construire des défenses efficaces et adaptées.

"J’ai eu tous mes vaccins dans l’enfance, donc je suis tranquille".

VRAI ET FAUX

Si certains vaccins confèrent une immunité à vie, les autres nécessitent des rappels tous les 10 ans environ. La bactérie responsable de la coqueluche (Bordetella pertussis) est particulièrement rebelle : ni le vaccin ni la maladie contractée pendant l’enfance ne protègent à vie. Or, chez les plus de 60 ans, les conséquences peuvent être graves (hémorragie cérébrale).

"Les réactions sont pénibles".

FAUX

Comme tous les médicaments, les vaccins peuvent provoquer des effets indésirables, mais les réactions, le plus souvent localisées au niveau du site d’injection, la fièvre, plus rarement la fatigue, sont, dans la majorité des cas, très modérées et transitoires.

"Le vaccin contre l’hépatite B accroît le risque de sclérose en plaques".

FAUX

La polémique sur un lien entre le vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaques est seulement française. Alors que cette vaccination était largement généralisée dans le monde et que les études n’avaient pas prouvé de relation de cause à effet, la décision du ministère de la Santé, en 1998, d’interrompre la vaccination en milieu scolaire a semé un doute qui a laissé des traces. Autres exemples de rumeurs infondées, avant celle-ci : le vaccin anticoquelucheux responsable de morts subites du nourrisson et le ROR accusé de favorise l’autisme...

"Les sels d’aluminium contenus dans les vaccins sont toxiques"

FAUX

Tout d’abord, seuls les vaccins dont l’antigène ne stimule pas assez le système immunitaire contiennent des adjuvants tels que sels d’aluminium et squalènes. Les sels d’aluminium sont utilisés depuis les années cinquante et le recul de la pharmacovigilance ne fait apparaître que des effets indésirables locaux et bénins, mais ils sont régulièrement accusés de provoquer des troubles systémiques et neurologiques. D’où l’idée d’un moratoire sur l’alumine envisagé une temps par quelques députés, au grand dam des experts qui fustignent une fausse polémique. Aux Etats-Unis où les adjuvants ont été supprimés sous la pression de l’opinion, c’est l’augmentation consécutive de la dose d’antigène (5 fois plus) qui fait maintenant débat...

"Quand on oublie une injection, il faut tout recommencer"

PAS NECESSAIREMENT

Un retard dans le calendrier des vaccinations n’implique pas obligatoirement de recommencer toutes les injections depuis le début. Dans la plupart des cas, il suffit de reprendre les programmes de vaccination au stade où il a été interrompu et de compléter la vaccination en réalisant le nombre d’injections requis en fonction de l’âge.

Eve Oudry - Quotidien du Pharmacien - 30 avril 2012


Version imprimable de cet article Version imprimable

Pharmacie de garde
(hors heures d’ouverture)

vendredi 24 novembre à 19h15 au lundi 27 novembre 2017 à 8h30

Pharmacie Prat-Dallut

La Tour du Pin

Tél : 04 74 97 04 76

Urgences

Pompiers

Incendies, accidents et urgences médicales

18 ou 112

SAMU

Urgences vitales

15

Police secours

17

Centre anti-poison

04.72.11.69.11

Urgences non vitales

Un médecin à votre écoute

0810.15.33.33

Trousse de Secours