située à Morestel (38510)

Accueil > Dossiers > HISTOIRE DU MEDICAMENT > Une découverte explosive : la trinitrine

Nos coordonnées

Pharmacie Rullier

67, Grande Rue
38510 MORESTEL

Tél. 04 74 80 02 33
Fax. 04 74 80 07 89

Horaires
d’ouvertures

Semaine en cours

fermé lundi

mardi, mercredi, jeudi et vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

samedi :
8h30 - 12H15

Semaine prochaine

Lundi :
9h00-12H15
14H00-19h15

Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

Samedi :
8h30-12h15
14H00-19H00

Une découverte explosive : la trinitrine

Peu de voyageurs connaissent Antoine-Jérôme Balard (1802-1876), pharmacien et chimiste qu’immortalise une station du métro parisien.

S’il découvrit le brome, il fut aussi le père du nitrite d’amyle qu’il synthétisa en 1844. Ce dérivé nitré fut le premier dont on découvrit l’action thérapeutique : en 1867 , sir Thomas L. Brunton (1844-1916), un médecin écossais, montra en effet que les crises d’angine de poitrine étaient calmées par l’inhalation d’une dizaine de gouttes de ce soluté huileux imbibant un mouchoir.

Son efficacité - ne lassant de surprendre les cardiologues - expliqua que ce médicament soit vite popularisé, même s’il était à l’origine d’un empourprement intense du visage et, souvent aussi, de syncopes attribuées alors à une puissante activité hypotensive. Un temps utilisé en cardiologie, le nitrite d’amyle fut toutefois abandonné au profit d’un dérivé voisin, découvert à la même époque, et resté bien plus familier....pour suivre quant à lui une carrière toute différente, sous la forme d’une solution commercialisée sous le nom de "poppers" dans les sex-shops. Mais cela est une autre histoire !

Deux ans après la découverte de Balard, le chimiste italien Ascanio Sobrero (1812-1888), qui travaillait pour le pharmacien français Théophile-Jules Pelouze (1807-1867), synthétisa un dérivé nitré nouveau, le trinitrate de glycérine - plus connu sous le nom de nitroglycérine - qu’il appela glonoïne.

Cette huile incolore, dont il nota d’emblée la saveur piquante, se révéla occasionner de violents maux de t^te et être un explosif d’une puissance alors inégalée.

L’histoire retint qu’un autre chimiste porche de Pelouze, le suédois Alfred Nobel (1833-1896), dont l’un des frères cadets était décédé dans l’explosion d’une charge de nitroglycérine, mit à profit son ingéniosité pour rendre cet explosif plus aisément manipulable en le mélangeant à de la diatomite. Ainsi naquit la dynamite, qui valut à Noble la forture que l’on sait.

La nytroglycérine médicament.

Outre-Atlantique, toutefois, la nitroglycérine intéressa un médecin américain d’origine allemande pour une autre raison.

Pionnier de l’homéopaghie, Constantin Hering (1800-1880) la testa sur lui-même et nota dès 1849 qu’elle accélérait immédiatement le rythme cardiaque. Il la préconisa pour traiter céphalées et palpitations, une trentaine d’années avant que l’allopathie ne s’y intéresse - cette substance reste connue en homopathie sous le nom de glonoïnum.

Ce fut donc trois décennies plus tard qu’un cardiologue anglais, William Murrel (1853-1912), influencé par les observations de Brunton sur le nitrite d’amyle, décrivit dans ’the lancet", en 1879, l’action antiangoreuse de la nitroglycérine, mieux tolérée que le nitrite d’amyle. Il nota que le nitrite, moins puissant, avait une action immédiate et fugace, alors que la nitroglycérine agissait en quelques minutes pour environ une heure.

Connu (trop !) comme explosif, ce médicament fut développé sous un nouveau nom afin de rassurer médecins comme patients, et le chimiste William Martindale (1840-1902) pesa de toute sa crédibilité pour convaincre qu’il ne donnait pas lieu à déflagration. Notre "trinitrine" était née !

Nicolas Tourneur, Le Quotidien du Pharmacien - 11/10/2012


Version imprimable de cet article Version imprimable

Pharmacie de garde
(hors heures d’ouverture)

du Lundi 20 novembre 2017 à 9h00 au vendredi 24 novembre 2017 à 19h15

Pharmacie Lacaze

Vézeronce-Curtin

Tél : 04 74 80 28 97

Urgences

Pompiers

Incendies, accidents et urgences médicales

18 ou 112

SAMU

Urgences vitales

15

Police secours

17

Centre anti-poison

04.72.11.69.11

Urgences non vitales

Un médecin à votre écoute

0810.15.33.33

Trousse de Secours