située à Morestel (38510)

Accueil > Dossiers > L’EAU > QUESTIONS SUR L’EAU DU ROBINET

Nos coordonnées

Pharmacie Rullier

67, Grande Rue
38510 MORESTEL

Tél. 04 74 80 02 33
Fax. 04 74 80 07 89

Horaires
d’ouvertures

Semaine en cours

fermé lundi

mardi, mercredi, jeudi et vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

samedi :
8h30 - 12H15

Semaine prochaine

Lundi :
9h00-12H15
14H00-19h15

Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

Samedi :
8h30-12h15
14H00-19H00

QUESTIONS SUR L’EAU DU ROBINET

DIX QUESTIONS COURANTES SUR L’EAU DU ROBINET.

De consommation courante, mais néanmoins précieuse, l’eau est au centre des préoccupations de tous.

Voilà les dix questions posées généralement par les consommateurs et clients des officines.

D’où vient l’eau du robinet ?

Jamais de très loin. Elle serait trop lourde pour être transportée sur les longues distances. Aussi, on peut dire que l’eau est un "produit de terroir", son goût variant légèrement d’une région à l’autre, en fonction de la nature des sols. Environ 60% de l’eau consommée en France provient des nappes souterraines. les 40% restants sont issus des eaux de surface. Selon l’origine et la qualité, le traitement ne sera pas le même. A Lyon, par exemple, l’eau de la nappe phréatique accompagnant le Rhône est naturellement potable. Ce qui n’est pas le cas de l’Oise, qui alimente le nord de Paris. Son eau est très polluée et nécessite les traitements les plus lourds.

Comment obtient-on une eau potable ?

Avant d’être consommée, l’eau subit de multiples traitements. Les particules en suspension sont éliminées par coagulation. Il s’ensuit une étape de décantation. L’eau est limpide, mais pas encore potable. Elle est alors filtrée sur charbon actif et désinfectée par incorporation d’ozone. L’eau subit enfin une étape de chloration pour être maintenue sans germes jusqu’à l’arrivée au robinet.

Peut-on avoir confiance dans l’eau de boisson ?

"C’est l’aliment le plus contrôlé en France", rappelle le Pr Hartemann. L’eau du robinet subit de très nombreux prélèvements. Des techniciens s’assurent de l’absence de micro-organismes et de polluants. On inspecte aussi les paramètres de qualité visuelle et gustative. Il le faut car les dangers de pollution chimique sont de plus en plus nombreux. "Mais le risque est assez bien maîtrisé", rassure l’expert. De même, les menaces microbiologiques, mieux connues, sont sous contrôle. Certains virus et protozoaires échappent cependant à la désinfection.

Quels sont les polluants chimiques de l’eau ?

Ils sont nombreux et divers : minéraux (phosphates, nitrates), métaux lourds (aluminium, plomb, mercure), produits phytosanitaires (acaricides), solvants et hydrocarbures (trichloréthylène), détergents et désinfectants (EDTA, chloramines), dioxines, etc. Il faut aussi compter sur la présence de résidus de médicaments, dont certains sont des perturbateurs endocriniens. Les pesticides, comme la perméthrine ou le malathion, s’ajoutent à la liste. "Mais l’eau n’apporte que 5% ds pesticides ingérés, 95% proviennent de l’alimentation", nuance le Pr Hartemann.

Comment sont fixés les seuils de tolérance sur la qualité de l’eau ?

La norme de potabilité est calculée en se basant sur les individus les plus fragiles, tels les enfants et les femmes enceintes. L’évaluation du risque définit des quantités maximales admissibles. Pour fixer une valeur toxicologique de référence, on se base sur des éléments déterminants (avec notion de seuil) et probabilistes (sans seuil, la gravité n’étant pas dose dépendante).

Comment améliorer le goût de l’eau ?

Il faut laisser couler un peu l’eau du robinet, la mettre au réfrigérateur ou ajouter quelques gouttes de citron, pour neutraliser sont goût chloré. Le chlore lui-même ne cause pas de problème, contrairement à certains sous-produits, comme le chloroforme.

L’eau peut-elle être la cible d’actes terroristes ?

Oui potentiellement. L’introduction de toxiques dans les canalisations s’avère cependant difficile. De nombreux contrôles sont menés. L’incident peut être détecté, par exemple par un effondrement des concentrations en chlore. Dans ce cas, le système est immédiatement coupé.

Faut-il plutôt consommer l’eau en bouteille ?

Ce n’est pas nécessaire, sauf exceptions, estime le Pr Hartemann. pour les sulfates, par exemple, le seuil de tolérance (250mg par litre) peut être dépassé. C’est le cas en Lorraine où l’eau est parfois très chargée en soufre (phénomène d’ennoyage des mines). Mais certaines eaux en bouteille ont des taux de sulfates allant jusqu’à 750, voire 1500 mg par litre. "Ce qui n’est pas admis pour l’eau du robinet l’est parfaitement pour des bouteilles", conteste le Pr Hartemann, regrettant que l’on ait fait passer les eaux minérales de la pharmacie à la grande distribution sans changer la législation.

Les carafes filtrantes ont-elles un intérêt ?

Oui, mais attention : le type de cartouche adoucissante doit être choisi en fonction des teneurs de l’eau du robinet. Et ces cartouches doivent être changées régulièrement, afin d’éviter le relargage des éléments filtrés.

Où trouver des informations sur la qualité de l’eau ?

La commune est responsable de la distribution de l’eau et des informations au consommateur. Chaque année, les usagers reçoivent un bulletin sanitaire avec leur facture. L’information peut aussi être donnée sur Internet ou par les agences régionales de santé. Elle est affichée dans les mairies. Médecins et pharmaciens peuvent également diffuser cette information qui leur est transmise par les municipalités.


Version imprimable de cet article Version imprimable

Pharmacie de garde
(hors heures d’ouverture)

vendredi 24 novembre à 19h15 au lundi 27 novembre 2017 à 8h30

Pharmacie Prat-Dallut

La Tour du Pin

Tél : 04 74 97 04 76

Urgences

Pompiers

Incendies, accidents et urgences médicales

18 ou 112

SAMU

Urgences vitales

15

Police secours

17

Centre anti-poison

04.72.11.69.11

Urgences non vitales

Un médecin à votre écoute

0810.15.33.33

Trousse de Secours