située à Morestel (38510)

Accueil > Dossiers > HISTOIRE DE LA PHARMACIE > Les enfants terribles de l’éther

Nos coordonnées

Pharmacie Rullier

67, Grande Rue
38510 MORESTEL

Tél. 04 74 80 02 33
Fax. 04 74 80 07 89

Horaires
d’ouvertures

Semaine en cours

fermé lundi

mardi, mercredi, jeudi et vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

samedi :
8h30 - 12H15

Semaine prochaine

Lundi :
9h00-12H15
14H00-19h15

Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

Samedi :
8h30-12h15
14H00-19H00

Les enfants terribles de l’éther

"La jeune femme en proie aux tourments de Lucine

Ô d’un double mystère ineffable pouvoir :

Au moment qu’elle enfante, elle croit concevoir."

Le lyrisme désuet de Barthélemy Auguste-Marseille (1796-1867) rappelle le rôle joué par l’éther dans l’anesthésiologie balbutiante du XIXème siècle. S’il fut, on le voit, réputé permettre à la femme de s’affranchir dans la jouissance (!) des affres de l’accouchement, il fut alors utilisé pour de nombreuses interventions chirurgicales.

Cette histoire débuta en 1818, lorsqu’un préparateur en pharmacie anglais, Michael Faraday (1791-1867), découvrit le pouvoir narcotique de l’éther. Toutefois, il ne remarqua pas l’intérêt en anesthésie de cette substance qui fut, en pratique, exploitée pour la première fois par un médecin américain, Crawford W. Long (1815-1878).

Ayant observé que son usage à des fins toxicomaniaques, banal au début du XIXème siècle, avait une action insensibilisante, l’idée lui vint d’en administrer pour abolir la douleur chirurgicale. Il testa avec succès la méthode sur un certain James Venable, auquel il enleva un kyste du cou le 30 mars 1842, à Jefferson (Géorgie), mais ne fit alors guère de publicité sur cette intervention.

Ce fut un chirurgien de Boston, John C. Warren (1778-1856), qui popularisa l’anesthésie par éther en réalisant une intervention publique sur Edward G. Abbott, 52 ans, imprimeur de son état, qui présentait une tumeur vasculaire de la mâchoire.

La véritable vedette fut toutefois le "léthéon", un appareil conçu par un touche-à-tout de la médecine, William T. G. Morton (1819-1868). Ce dernier devait beaucoup aux observations d’un chimiste réputé de Boston, Charles Jackson (1805-1880), fin connaisseur de l’éther sulfurique, qui avait montré en 1844 que son inhalation entraînait une rapide perte de conscience : consulté par Morton, il le conseilla pour la fabrication du fameux léthéon grâce auquel il arracha sans douleur, le 30 septembre 1846, une dent infectée d’un commerçant, Eben Frost.

Tout s’enchaîna vite ensuite. l’appareil fut présenté dans la presse. Un chirurgien, Henry J. Bigelow (1818-1890), lut l’article. Il pressa Warren d’opérer grâce au léthéon. Abbott passa sur le billard le 17 octobre 1846. Dix minutes plus tard, finissant de recoudre la plaie, Warren se tourna vers l’assistance : "Messieurs, ceci n’est par une charlatanerie."

Ce succès décida Morton à essayer de breveter son léthéon, y compris la substance qu’il permettait d’inhaler. Mais les médecins découvrirent rapidement que celle-ci n’était autre que ...l’éther.

Crawford Long, annoça, tardivement, qu’il l’avait utilisé quatre ans auparavant. Charle Jackson exigea que Morton lui reverse 500 dollars ou 10% des revenus futurs et le présenta comme un grippe-sou peu scrupuleux, cherchant à le priver de son crédit scientifique et de tout bénéfice sur l’éther.

Le procédé d’"éthérisation" fut adopté aux Etats-Unis comme en Europe sans que quiconque accepte de verser des droits aux enfants terribles de l’éther. Jackson édita en 1861 un "Manuel d’éthérisation", s’y présentant comme l’initiateur du travail de Morton et l’inventeur du léthéon. Morton quant à lui décéda à 48 ans d’une hémorragie cérébrale sans avoir tiré le moindre bénéfice de sa découverte.

Quelques dates

  • 1540 : l’apothicaire allemand Valerius Cordus (1515-1544) découvre probablement l’ather sulfurique, qu’il nomme "douce huile de vitriol".
  • Fin du XVIIème siècle : le médecin allemand Friedrich Hoffmann (1660-1742) introduit en médecine l’"anodyne", un mélange d’alcool et d’éther qu’il administre comme antalgique dans le traitement d’affections variées, mais sans l’utiliser comme anesthésique.
  • 1844-1846 : premiers usages, à Boston, de l’éther comme anesthésique général.
  • 26 juin 194 :un arrêté (JO du 5/7/1984) restreint la vente d’éther au public rendant obligatoire sa prescription sur ordonnance non renouvelable.
  • 29 décembre 1988 : un décret (31/12/1988) complété par la circulaire du 2/9/1990 permet de contrôler l’utilisation industrielle de l’éther.

Nicolas Tourneur

Le quotidien du pharmacien

18 juin 2012


Version imprimable de cet article Version imprimable

Pharmacie de garde
(hors heures d’ouverture)

du Lundi 20 novembre 2017 à 9h00 au vendredi 24 novembre 2017 à 19h15

Pharmacie Lacaze

Vézeronce-Curtin

Tél : 04 74 80 28 97

Urgences

Pompiers

Incendies, accidents et urgences médicales

18 ou 112

SAMU

Urgences vitales

15

Police secours

17

Centre anti-poison

04.72.11.69.11

Urgences non vitales

Un médecin à votre écoute

0810.15.33.33

Trousse de Secours