située à Morestel (38510)

Accueil > Services > Actualité > Les effets inattendus du réchauffement climatique

Nos coordonnées

Pharmacie Rullier

67, Grande Rue
38510 MORESTEL

Tél. 04 74 80 02 33
Fax. 04 74 80 07 89

Horaires
d’ouvertures

Semaine en cours

fermé lundi

mardi, mercredi, jeudi et vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

samedi :
8h30 - 12H15

Semaine prochaine

Lundi :
9h00-12H15
14H00-19h15

Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

Samedi :
8h30-12h15
14H00-19H00

Les effets inattendus du réchauffement climatique

Grizzly et Ours blanc fondent l’un pour l’autre

C’EST UN OURS qui n’est pas vraiment blanc ; qui n’est pas vraiment brun non plus. Et pour cause, le pizzly, grolar pour les intimes, est le fruit d’un amour jusqu’alors impossible entre un grizzly et un ours polaire. Impossible car les deux espèces n’ont, normalement, que très peu de chance de se rencontrer.

Mais l’emprise de l’Homme sur dame nature est en passe de changer la donne. Explications. Sous l’effet du réchauffement climatique, la banquise arctique se réduit chaque jour un peu plus. Du coup, les 22 000 ours polaires se sentent désormais un peu à l’étroit sur leur territoire gelé. Certains tentent de voir ailleurs et prennent la route du Canada. Leurs cousines et cousins grizzly font de même, en sens inverse. La « cousinade » se transforme parfois en idylle et des petits grolar montrent le bout de leur truffe. Le premier pizzly bicolore a été observé en 2006, sur l’île de Banks, au nord-ouest du Canada. Depuis, cinq autres ours métis ont été repérés dans la région. Au printemps 2010, un plantigrade à la fourrure blanche et aux pattes brunes tué par un chasseur, se révèle même être l’enfant d’un grizzly mâle et d’une femelle hybride.

Des histoires d’amour improbables liées à la montée du mercure existent également dans d’autres espèces animales, notamment en milieu aquatique. Des bébés hybrides de rorqual bleu et de rorqual commun, mais aussi de narval et de béluga ont ainsi été observés. Mais le phénomène semble particulièrement s’accroître chez les ours. Car, au-delà du réchauffement climatique, le déclin des populations de plantigrade encourage l’accouplement avec de nouveaux partenaires. Plus largement, une vingtaine d’espèces, dont plus de la moitié est menacée d’extinction, seraient susceptibles d’engendrer une trentaine d’espèces hybrides, estiment les chercheurs. Un moyen naturel de lutter contre la disparition des espèces  ? Rien n’est moins sûr. « L’hybridation n’est pas forcément une mauvaise chose, et peut constituer une importante source de renouvellement biologique, expliquent les spécialistes. Mais si elle est provoquée par les activités humaines, elle se produit vite et risque de réduire la diversité des gènes et des espèces. » Le pizzly, par exemple, serait moins bien adapté à la vie glaciaire et se révélerait être un moins bon nageur que son cousin polaire. Pour certains biologistes, le développement de ces espèces hybrides pourrait même accélérer la disparition de l’ours blanc. À part ça, tout va très bien, Madame la banquise  !

CHRISTOPHE MICAS

Le Quotidien du Pharmacien du : 29/10/2012


Version imprimable de cet article Version imprimable

Pharmacie de garde
(hors heures d’ouverture)

du Lundi 20 novembre 2017 à 9h00 au vendredi 24 novembre 2017 à 19h15

Pharmacie Lacaze

Vézeronce-Curtin

Tél : 04 74 80 28 97

Urgences

Pompiers

Incendies, accidents et urgences médicales

18 ou 112

SAMU

Urgences vitales

15

Police secours

17

Centre anti-poison

04.72.11.69.11

Urgences non vitales

Un médecin à votre écoute

0810.15.33.33

Trousse de Secours