située à Morestel (38510)

Accueil > Dossiers > HISTOIRE DE LA PHARMACIE > Le B.A.BA de la vaccination, un peu d’histoire et quelques définitions...

Nos coordonnées

Pharmacie Rullier

67, Grande Rue
38510 MORESTEL

Tél. 04 74 80 02 33
Fax. 04 74 80 07 89

Horaires
d’ouvertures

Semaine en cours

fermé lundi

mardi, mercredi, jeudi et vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

samedi :
8h30 - 12H15

Semaine prochaine

Lundi :
9h00-12H15
14H00-19h15

Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

Samedi :
8h30-12h15
14H00-19H00

Le B.A.BA de la vaccination, un peu d’histoire et quelques définitions...

Selon les affections considérées, l’objectif de la vaccination sera d’éliminer la maladie infectieuse dans une région géographique définie pendant une période plus ou moins longue (voire son éradication complète : disparition de l’agent infectieux au niveau mondial, envisageable uniquement dans le cas où la transmission est strictement interhumaine) ou seulement de contrôler l’infection dans une population donnée particulièrement à risque. Voilà pour la définition générale.

Protection directe ou indirecte.

La protection induite par la vaccination peut être soit directe, soit individuelle. Elle repose alors sur l’immunité postvaccinale, soit indirecte ou collective et reposant sur la réduction de la transmission interhumaine au sein d’une collectivité par une immunité dite de troupeau. Au niveau d’un petit groupe humain (typiquemenet la famille et l’entourage proche, on parlera de stratégie de "cocooning" comme celle fortement recommandée pour protéger les jeunes nourrissons contre la coqueluche dans l’attente de leur vaccination).

Quatre grands types de vaccins.

Les vaccins constituent un monde hétérogène. En voici les principales catégories.

  • - Vaccins inactivés ou "tués"  : après multiplication (pas toujours du germe initial, mais parfois d’un virus chimère, dénommé réassortant, obtenu par mélange génétique avec un autre virus présentant une bonne capacité à se multiplier dans le milieu de culture, ce qui est le cas du vaccin antigrippal, par exemple) et isolement, les germes sont inactivés par un agent chimique ou par la chaleur. Ces vaccins peuvent être constitués de germes entiers ou plus souvent aujourd’hui de composants purifiés.

Citons, par exemple, les vaccins contre la grippe, la poliomyélite (vaccin injectable), l’hépatite A, l’encéphalite à tiques, l’ncéphalite japonaise, la typhoïde, la coqueluche (en revanche, le vaccin coquelucheux acellulaire est composé d’antigènes purifiés - anatoxine et adhésines), la peste...

  • - Vaccins à base de toxines inactivées  : les toxines inactivées sont dénommées anatoxines. Il s’agit principalement des vaccins contre le tétanos ou la diphtérie.
  • - Vaccins vivants atténués  : l’atténuation a été historiquement obtenue par un très grand nombre de multiplications dans des milieux de culture particuliers, parfois à basse température et plus récemment en utilisant les techniques de recombinaisons génétiques. Les vaccins vivants (qui simulent une infection naturelle) présentent généralement l’avantage d’induire une immunité d’un haut niveau, prolongée et cela avec un petit nombre d’administrations. Les principaux vaccins vivants sont dirigés contre la rougeole, la rubéole, les oreillons, la fièvre jaune, la varicelle, la poliomyélite (vaccin oral), les rotavirus... Citons à ce propos qu’un vaccin antigrippal à virus atténués s’administrant par voie nasale a obtenu depuis peu une AMM européenne.
  • - Vaccins sous-unitaires : ces vaccins sont constitués de molécules antigéniques obtenues par génie génétique, par exemple par insertion du gène codant pour la protéine concernée au sein de levures ou cellules d’ovaire de hamster (ce que l’on appelle un système d’expression cellulaire). Par définition, ces vaccins sont dépourvus de pouvoir infectieux. Il s’agit, par exemple, de vaccins contre l’hépatite B ou les infections à papillomavirus humains (HPV) à l’origine du cancer du col de l’utérus.

Des mécanismes de mieux en mieux connus.

L’antigène vaccinal est capté par les cellules présentatrices d’antigènes qui les dégradent en peptides qui vont pouvoir se lier aux antigènes de classe I et II du complexe majeur d’histocompatibilité et ainsi activer respectivement les lymphocytes TCD8+ et CDE4+. La réponse humorale correspond à la fabrication d’anticorps (immunoglobulines de classes IgG, IgA et/ou IgM) par les lymphocytes B et les plasmocytes, tandis que la réponse cellulaire fait intervenir les cellules T CD4+ et CDE8+ dans leurs actions spécifiques (cytotoxicité, sécrétion de cytokines...).

D’autre part, les adjuvants (qui font depuis peu l’objet d’un très important regain d’intérêt) sont des substancs permettant d’augmenter la réponse immunitaire (réponse plus forte, possiblilité de diminuer la dose vaccinante et donc de fabriquer plus de doses de vaccins à partir d’une même quantité d’antigène). Il s’agit essentiellement à l’heure actuelle de sels d’aluminium, d’une association d’aluminium et de lipides (ASO4) et d’émulsins eau-squalène (dont le MF59).

Influence de l’âge.

L’efficacité des vaccins varie notamment avec l’âge. Chez l’enfant de moins de 2 ans, la réponse immune aux antigènes thymo-indépendants comme les antigènes polysaccharidiques (antigènes capsulaires des pneumocoques, Haemophilus influenza B et méningocoques) est immature et donc inefficace. Afin d’obtenir une réponse immune, il est nécessaire de coupler ce type d’antigène aec un antigène protéique thymodépendant. D’autre part, il faut noter que le calendrier vaccinal commence à l’âge de 2 mois. En effet, avant cet âge, l’immunisation active entre en compétition avec les anticorps maternels.

Enfin, l’efficacité des vaccins diminue progressivement avec l’âge, différence surtout marquée aux âges élevés de la vie du fait de la sénescence du système immunitaire.

Vaccins thérapeutiques : de nombreux développements en cours.

"Ce qu’il est convenu d’appeler les vaccins thérapeutiques représente un champ potentiellement immense", souligne le Pr Claude Leclerc (unité de régulation immunitaire et vaccinologie, Institut Pasteur, Paris). Dans ce cas, il ne s’agit pas de mettre en place une réponse mémoire qui sera éventuellemnt réveillée par une exposition au pathogène, mais de provoquer des réponses directement effectives et efficaces.

"On peut envisager de mettre à profit cette approche dans toutes les infections chroniques persistantes, comme celles par le VIH, et les hépaties virales B ou C, ainsi que dans les cancers", poursuit cette dernière. Pour les infections chroniques virales, on peut imaginer une combinaison immunothérapie + antiviraux et avecla panoplie des thérapeutiques anticancéreuses dans les cancers.

Une difficulté importante réside dans le fait que les vaccins thérapeutiques devront être administrés non plus, comme pour ce qui concerne les vaccins préventifs, à des sujets sains avec un système immunitaire intact, mais à des patients ayant établi un rapport de tolérance avec les cellules tumorales ou les pathogènes et dont le système immunitaire a été éventuellemnt altéré par la maladie et des traitements antérieurs.

Didier Rodde - Le Quotidien du Pharmacien - 30 avril 2012


Version imprimable de cet article Version imprimable

Pharmacie de garde
(hors heures d’ouverture)

du Lundi 20 novembre 2017 à 9h00 au vendredi 24 novembre 2017 à 19h15

Pharmacie Lacaze

Vézeronce-Curtin

Tél : 04 74 80 28 97

Urgences

Pompiers

Incendies, accidents et urgences médicales

18 ou 112

SAMU

Urgences vitales

15

Police secours

17

Centre anti-poison

04.72.11.69.11

Urgences non vitales

Un médecin à votre écoute

0810.15.33.33

Trousse de Secours