située à Morestel (38510)

Accueil > Dossiers > HISTOIRE DE LA PHARMACIE > L’incroyable découverte de la vaccination antirabique

Nos coordonnées

Pharmacie Rullier

67, Grande Rue
38510 MORESTEL

Tél. 04 74 80 02 33
Fax. 04 74 80 07 89

Horaires
d’ouvertures

Semaine en cours

fermé lundi

mardi, mercredi, jeudi et vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

samedi :
8h30 - 12H15

Semaine prochaine

Lundi :
9h00-12H15
14H00-19h15

Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

Samedi :
8h30-12h15
14H00-19H00

L’incroyable découverte de la vaccination antirabique

Impressionné, le trio franchit le perron du laboratoire de la rue d’Ulm, ignorant qu’il entre dans l’Histoire de la médecine : Angélique Meister, boulangère à Steige, un village proche de Sélestat, maman de Joseph, le petit garçon de 9 ans l’accompagnant, et Théodore Vonné, aubergiste à Maisonsgoutte.

Nous sommes le lundi 6 juillet 1885. Deux jours auparavant, le chien de chasse de Théodore a mordu son maître mais surtout,à quatorze reprises, Joseph, qui passait devant le 61, Grand-Rue, à Maisonsgoutte, allant chercher de la levure pour la boulangerie familiale dans une brasserie. L’enfant a été soigné par le médecin de la vallée, le docteur Weber, de Villé, et ses plaies ont été désinfectées à l’acide phénique, mais l’espoir qu’il survive est quasi nul : le chien est enragé et la maladie, qui se déclare environ un mois après la morsure contaminante, entraîne inéluctablement le décès.

L’idée est-elle venue du médecin ou de proches ? Toujours est-il que la maman part avec son fils pour Paris, espérant que Pasteur, dont les travaux ont été évoqués dans la presse, pourra le sauver. Le savant n’a pas réussi à isoler le virus de la rage mais l’a affaibli en laissant s’assécher de la moelle contaminée dans un bocal et en a fait un vaccin. Pasteur hésite à appliquer à l’enfant une technique simplement testée sur des chiens (et, en mai et juin 1885, sur deux patients, décédés rapidement : le diagnostic de rage était douteux pour l’un et la maladie trop évoluée chez l’autre). L’académicien Alfred Vulpian (1826-1887) et un pédiatre, Jacques-Joseph Grancher (1843-1907), l’incitent toutefois à essayer, et ce d’autant que la rage n’est pas encore déclarée chez Joseph.

Mère et enfant sont hébergés rue d’Ulm ; Vonné repart car sa blessure, légère, ne l’expose à aucun risque. Le soir même, Grancher injecte en sous-cutané à l’enfant une suspension de broyat de moelle de lapin enragé inactivée. Les inoculations se succèdent dix jours d’affilée. Joseph, sauvé, retoruve l’Alsace le 27 juillet.

Second vacciné, Jean-Baptiste Jupille (1869-1923), berger de 14 ans, bénéficie également d’un traitement antirabique entrepris le 20 octobre : il s’était battu corps à corps avec un chien enragé pour défendre, à Villers-Farlay, dans le Jura, de jeunes camarades.

La réputation de Pasteur connaît alors un essor considérable : les patients affluent d’Europe comme de Russie ; Le dispensaire de la rue d’Ulm devenu trop petit, un centre plus vaste et moderne est édifié grâce à une souscription : devenu l’Institut Pasteur, il sera inauguré le 14 novembre 1888 par Sadi Carnot.

Pasteur conserva des relations avec Joseph, qui devient finalement gardien à l’institut en 1918 : le premier vacciné se suicida peu après l’entrée des Allemands dans Paris, le 24 juin 1940. Jean-Baptiste devint concierge de l’Institut Pasteur, où il côtoya.... Joseph. Sa statue, oeuvre d’Emile Louis Truffot (1843-1895), orne la crypte mortuaire de Pasteur et figura sur un billet de 5 francs émis par la Banque de France de 1966 à 1972.

Quant au vaccin de Pasteur, il connut une rapide infortune liée à sa relative inefficacité : des vaccins antirabiques fruits d’une inactivation différente lui furent préférés dès le début du XXème siècle...

Nicolas Tourneur - Le Quotidien du Pharmacien - 25/10/2012


Version imprimable de cet article Version imprimable

Pharmacie de garde
(hors heures d’ouverture)

du Lundi 20 novembre 2017 à 9h00 au vendredi 24 novembre 2017 à 19h15

Pharmacie Lacaze

Vézeronce-Curtin

Tél : 04 74 80 28 97

Urgences

Pompiers

Incendies, accidents et urgences médicales

18 ou 112

SAMU

Urgences vitales

15

Police secours

17

Centre anti-poison

04.72.11.69.11

Urgences non vitales

Un médecin à votre écoute

0810.15.33.33

Trousse de Secours