située à Morestel (38510)

Accueil > Dossiers > HISTOIRE DE LA PHARMACIE > Akileïne, c’est le pied !

Nos coordonnées

Pharmacie Rullier

67, Grande Rue
38510 MORESTEL

Tél. 04 74 80 02 33
Fax. 04 74 80 07 89

Horaires
d’ouvertures

Semaine en cours

fermé lundi

mardi, mercredi, jeudi et vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

samedi :
8h30 - 12H15

Semaine prochaine

Lundi :
9h00-12H15
14H00-19h15

Mardi, Mercredi, Jeudi et Vendredi :
8h30-12h15
14h00-19h15

Samedi :
8h30-12h15
14H00-19H00

Akileïne, c’est le pied !

Tel le trio de marraines conté par Perrault dans La Belle au bois dormant, trois hommes ont présidé à la destinée d’Akileïne. Sans eux, la marque n’aurait jamais vu le jour.

Le premier est Henri Adam, un pharmacien d’origine alsacienne, installé dans la principauté de Monaco. Le rocher, bien connu pour ses casinos, abrite quantité de croupiers qui travaillent des heures durant derrière les tables de jeu. Continuellement debout, ils souffrent énormément des pieds soumis à rude épreuve au contact du sol le jour et la nuit. Tout naturellement, ces habitués de la station verticale viennent à solliciter l’aide d’un pharmacien afin de soulager leur fatigue et leurs douleurs plantaires. L’officinal n’est autre qu’Henri Adam qui va leur concocter une préparation à base d’achillée, plante aux propriétés adoucissantes. Les croupiers s’emparent de la crème qu’ils appliquent consciencieusement et généreusement.

À peu près à la même époque, en plein milieu du second conflit mondial, Paul Lacroix gît sur un lit d’hôpital à la suite d’une méchante blessure de guerre. De formation HEC, ayant contribué au développement de la marque Antar, ce spécialiste des techniques commerciales sait qu’il ne pourra pas rejoindre le champ de bataille. Il lui faut renouer avec le travail. En quête d’un emploi, il découvre la petite annonce d’un entrepreneur de l’industrie cosmétique qui recherche un assistant et se fait rapidement engager. Les Laboratoires Asepta sont alors sur le point d’être créés. Mais il faut encore attendre un peu pour que le lien entre l’officinal Henri Adam et le rescapé de guerre aboutisse. Cette connexion, c’est l’Alsace qui va en être le prétexte. Séduit par la région et sa culture, Paul Lacroix fait la connaissance du pharmacien originaire d’Alsace et apprend la façon dont il a soulagé les croupiers monégasques. Le futur industriel comprend tout de suite l’intérêt que la formule peut revêtir et son esprit entrepreneurial entre dès lors en action. Il propose à son employeur de se lancer dans la commercialisation de la formule à base d’achillée, mais celui-ci décline la proposition, lui conseillant plutôt de fonder sa propre structure avec l’aide de son confrère alsacien.

La preuve par l’épreuve

Cette décision marque la naissance des Laboratoires Asepta, ainsi nommés en référence à une ancienne société automobile fondée avant guerre par Paul Lacroix, mais aussi pour leur connotation avec le domaine de l’asepsie. Un après sa création, en 1944, la jeune structure lance la crème Akileïne vouée au soin des pieds gonflés et douloureux. Ce patronyme, directement inspiré de l’achillée, n’est pas sans rappeler le grec Achille et son fameux talon dont l’effigie, encore aujourd’hui, orne les étuis de la marque.

Si la formule d’Akileïne a fait ses preuves auprès des croupiers, sa notoriété se borne aux frontières de Monaco. En outre, au sortir de la guerre, il existe bien d’autres maux à soulager que ceux qui peuvent toucher les pieds de la population. À commencer par la prolifération des parasites, source de profonds désagréments. Ce problème a donné lieu à la formule du néocide que le jeune laboratoire va commercialiser, utilisant le produit antiparasitaire comme une béquille, le temps de faire connaître et reconnaître Akileïne. Dans cette entreprise, Paul Lacroix est secondé par son ami Henri Mas, issu de l’administration et cofondateur d’Asepta. Petit à petit, les deux hommes parviennent à démarcher les pharmacies, commençant par la Côte d’azur, jusqu’à atteindre Paris et Strasbourg. Convaincus de l’efficacité de leur formule, ils réussissent l’exploit de susciter une demande pour un produit de confort dans un contexte économique plus que ralenti  !

Mais Paul Lacroix ne s’arrête pas là. Ce qu’il veut, c’est démontrer les propriétés de sa crème in situ. Il a l’idée d’en faire la démonstration sur les pieds des marcheurs qui participent à une épreuve sportive alors très renommée, le Strasbourg-Paris. Cette marche de plus de 500 km sans aucun arrêt est l’image même du défi physique agrémenté d’un cortège de lésions en tous genres pour les pieds qui, finissant en sang, empêchent souvent le candidat de terminer l’épreuve. Paul Lacroix lance son test grandeur nature en gageant que si un marcheur vient à abandonner, ce ne sera pas à cause de ses douleurs aux pieds. À l’issue de l’épreuve, le vrai gagnant sera l’entrepreneur qui, par sa géniale démonstration, aura convaincu la France entière des bienfaits d’Akileïne, assurant la réputation de la marque à l’échelle nationale. Une publicité diffusée au cinéma va encore conforter sa notoriété, présentant le produit comme un soin indispensable au quotidien par le biais d’un slogan original : « Akileïne, le dentifrice des pieds »  ! Dès lors, le succès distingue la crème dont la forme galénique, unique sur le marché, séduit les utilisateurs ne disposant que des sels de bain pour se délasser.

À partir des années 1950, la gamme Akileïne va se développer. Sous l’effet de la recherche, un brevet important est déposé par les Laboratoires Asepta. Il concerne le complexe lipo-amino-acide mis en œuvre pour respecter le pH du pied, différent de celui du visage. Cette découverte va permettre aux formules d’évoluer, s’ajustant aux besoins de la zone si particulière qu’elles traitent. Selon la spécificité des soins, les formes galéniques vont se multiplier : crèmes, lotions, poudres, sprays, sels vont se partager les principes actifs de la gamme. De plus en plus étoffée, celle-ci va être réorganisée en trois pôles distinguant les pieds fatigués, les problèmes de transpiration et les pieds secs.

Dédiée aux besoins des sportifs

Dans les années 1980, un code couleur est attribué à chacune des lignes. Les soins pour pieds secs sont habillés de bleu et comprennent aujourd’hui sept références (Baume hydra-défense, Crème de gommage, crème nutri-réparatrice pieds secs, Huile hydra-défense…). Le rouge distingue cinq formules pour pieds échauffés et fatigués (Baume reposant aux plantes, Galets de bain effervescents revitalisants, Gel fraîcheur vive, Sels de bain délassants, Spray fraîcheur vive). Les soins verts, enfin, se consacrent à la transpiration des pieds et aux odeurs grâce à neuf références (Crème antitranspirante, Galets de bain déo effervescents, Gel déo antitranspirant, Poudre absorbante, Spray aseptisant déo chaussures, Spray noir…). Des produits plus spécifiques encore sont développés en parallèle. Ils ciblent les engelures et les gerçures (Akilenjur), les ongles fragilisés des mains et des pieds (Onykoleïne), les pieds froids (Crème réchauffante pieds froids), les pieds à forte transpiration dès 3 ans (Crème antitranspirante kids), les jambes lourdes (Phytogel toni drainant, Phytospray cryodrainant), mais aussi les hyperkératoses et les déformations du pied pris en charge par 14 podoprotections… Une logique de spécialisation que le laboratoire a suivi dès les années 1970 en créant une gamme dédiée aux besoins des sportifs. Tout d’abord dénommée Jogging, la ligne est basée sur l’association du complexe lipo-amino-acide et d’actifs hydratants. Mais elle évolue rapidement pour intégrer un nouveau complexe breveté, le karité-korogo, élaboré à partir de la noix de karité aux propriétés émollientes exceptionnelles et bien connue des femmes africaines qui l’utilisent pour préserver la peau des bébés.

Asepta est alors le premier laboratoire à introduire du karité dans ses formules. L’actif est toujours présent dans certaines des compositions de la ligne qui, en 1989, prend le nom de Sport Akileïne. Une de ses références phare, le Nok, compte parmi ses composants principaux le beurre de karité qui offre à la peau hydratation et protection, la préserve des frottements et de la formation d’ampoules. Ces vertus distinguent la formule aux yeux de multiples sportifs, marathoniens, cyclistes qui sont la proie des frottements douloureux (selle, maillot, chaussures…). Les autres produits de la gamme sont tout aussi appréciés pour leurs diverses propriétés chauffantes (Cold, Gel Start, Huile Start), préparatrices (Tano) et réparatrices de l’épiderme (Koo), défatiguantes (Kimas, Relax), nettoyantes (Sanzo, Clean)… Longtemps fournisseuse du Comité olympique sportif pour la France, Sport Akileïne et ses 11 références sont aujourd’hui associées à de nombreux événements sportifs : le Tour de France, la course Paris-Versaille, le Marathon de Paris, le Marathon du Médoc, l’Ultra-Trail du Mont Blanc, le Marathon du Mont Saint-Michel, le Raid Napoléon…

Fidèles au rocher monégasque où ils restent implantés depuis leur création, les Laboratoires Asepta le sont aussi à leurs fondateurs dont les descendants continuent de présider au destin de l’entreprise. En plus de 70 ans d’existence, leur philosophie n’a pas changé, faisant de la qualité et de l’innovation une ligne de conduite immuable pour le laboratoire. Akileïne en est le pur reflet.

Le Quotidien du Pharmacien - 29 septembre 2016


Version imprimable de cet article Version imprimable

Pharmacie de garde
(hors heures d’ouverture)

du Lundi 20 novembre 2017 à 9h00 au vendredi 24 novembre 2017 à 19h15

Pharmacie Lacaze

Vézeronce-Curtin

Tél : 04 74 80 28 97

Urgences

Pompiers

Incendies, accidents et urgences médicales

18 ou 112

SAMU

Urgences vitales

15

Police secours

17

Centre anti-poison

04.72.11.69.11

Urgences non vitales

Un médecin à votre écoute

0810.15.33.33

Trousse de Secours